2.1. Dieux, tombes et idoles



La civilisation est l’art de vivre dans des villes d’une taille telle que personne ne se connaît. Voilà peut-être une définition qui n’est pas très inspirante mais elle est juste. Nous avons fait l’hypothèse que c’est l’organisation sociale fournie par l’esprit bicaméral qui a rendu cela possible. Dans ce chapitre et le suivant, je tente de rassembler, sans trop rentrer dans le détail, tout ce qui, dans le monde entier, montre que cette mentalité a réellement existé partout et à chaque fois que la civilisation est apparue.

A l’heure où le sujet fait l’objet de nombreux débats, mon opinion est que la civilisation a commencé séparément dans divers sites du Proche-Orient, comme je l’ai décrit dans le chapitre précédent, avant de s’étendre le long des vallées du Tigre et de l’Euphrate, en Anatolie et dans la vallée du Nil ; ensuite, à Chypre, en Thessalie et en Crète ; puis, elle s’est répandue dans la vallée de PIndus et au-delà, ainsi qu’en Ukraine et en Asie centrale ; puis, en partie spontanément, le long du Yang-tsé ; de façon séparée en Méso-Amérique ; et enfin, partiellement par diffusion, partiellement de manière autonome, dans les plateaux andins. Dans chacune de ces régions, il y eut une succession de royaumes ayant tous des caractéristiques semblables que j’appellerai, quoique prématurément, bicamérales. Bien qu’il y ait certainement eu d’autres royaumes bicaméraux dans l’histoire du monde, peut-être le long de la baie du Bengale ou de la péninsule malaise, en Europe, certainement en Afrique centrale après l’Egypte, et peut-être parmi les Indiens d’Amérique du Nord pendant la période appelée Mississippi, on a retrouvé trop peu de choses de ces civilisations pour que cela nous aide à vérifier l’hypothèse principale.

Etant donné les grandes lignes de ma théorie, il y a, à mon avis, plusieurs vestiges archéologiques remarquables des civilisations anciennes que l’on ne peut comprendre que sur cette base. Ces vestiges silencieux constituent la matière de ce chapitre, puisque je réserve les civilisations lettrées de Mésopotamie et d’Egypte pour le suivant.

LA MAISON DES DIEUX

Imaginons que nous sommes des étrangers arrivant dans un pays inconnu et que nous trouvons les villages disposés selon un plan semblable : des maisons et des bâtiments ordinaires regroupés autour d’une grande et magnifique habitation. Nous en déduirions immédiatement que cette habitation est la maison du prince qui règne ici. Et nous aurions peut-être raison. Mais dans le cas des anciennes civilisations nous aurions tort de supposer qu’un tel souverain est une personne, comme un prince contemporain. C’était plutôt une présence perçue en hallucination, ou, plus généralement, une statue, souvent située à un bout de sa maison supérieure, derrière une table sur laquelle les gens du peuple pouvaient poser leurs offrandes.

Eh bien, à chaque fois que nous trouvons un plan de ville comme celui-ci, avec un grand bâtiment central qui n’est pas une habitation et qui n’a pas d’usage pratique, comme un grenier ou une grange, par exemple, et surtout si le bâtiment contient une sorte d’effigie humaine, on peut le considérer comme le signe d’une culture bicamérale ou d’une culture dérivée. Ce critère peut paraître stupide, puisqu’il s’agit du plan de nombreuses villes actuelles. Nous sommes si habitués au plan d’une ville, avec une église entourée de petites maisons et de boutiques, que nous n’y trouvons rien d’exceptionnel. Or, notre architecture urbaine et religieuse actuelle est en partie, je crois, le résidu de notre passé bicaméral. L’église, le temple ou la mosquée s’appelle toujours la Maison de Dieu, dans laquelle nous continuons à lui parler, à lui apporter des offrandes, que nous plaçons sur une table ou sur un autel devant lui ou son emblème. Mon but, en parlant de cette manière objective, est de faire perdre cette familiarité avec ce schéma, afin qu’en prenant du recul et en regardant l’homme civilisé à la lumière de toute son évolution de primate nous voyions que cette structure urbaine est bien inhabituelle et ne correspond pas à nos origines de Néanderthal. …

Available on Amazon in the following countries:

Australia – Softcover & Kindle

Brazil – Kindle

Canada – Softcover & Kindle

France – Hardcover, Softcover & Kindle

Germany (also serving Austria, Belgium, Czech Republic, Liechtenstein, Luxembourg, Switzerland & Turkey) – Hardcover, Softcover & Kindle

India – Kindle

Italy – Hardcover, Softcover & Kindle

Japan – Softcover & Kindle

Mexico – Kindle

Netherlands – Softcover & Kindle

Poland – Softcover

Spain & Portugal – Hardcover, Softcover & Kindle

United States – Hardcover, Softcover & Kindle

United Kingdom – Hardcover, Softcover & Kindle

The softcover edition can also be ordered wherever books are sold.